ATTENTION,
CECI VOUS CONCERNE TOUTES ET TOUS

Ce qui est annoncé dans cette communication À LIRE CI-DESSOUS est valable pour tous les analystes psycho-organiques qui utilisent le terme de Psycho Praticiens.
Chaque membre de l’AAPO, à jour de sa cotisation, est de fait membre de la la FF2P et peut apparaître sur leur annuaire en payant les 60 euros supplémentaires qui sont réclamés pour cela. Sinon, ils en font partie sans apparaître sur leur annuaire, mais peuvent se réclamer de cette appartenance.
Le titre d’analyste psycho-organique ou d’analyste tout simplement ne peut pas être  interdit ni réglementé. 
Utilisez-le de préférence, mais vous avez aussi la possibilité de choisir celui de thérapeute psycho-organique ou corporel ou tout autre terme qui vous semblera le plus en accord avec votre pratique. En vous gardant bien d’utiliser psychothérapeute.
Nous sommes à votre disposition pour en parler en nous joignant par e-mail ou téléphone.
Nous vous tiendrons au courant des suites à donner au fur et à mesure que des informations nous parviendront.

Retenez la date du prochain Conseil d'Administration

  • Il aura lieu le dimanche 1er mars 2020 à 14 h 30

     

C'est l'heure

Un documentaire passionnant !
À voir ou à revoir !

“Tout commence dans un hôpital psychiatrique d’URSS où un médecin accepte le refus d’un patient à avaler une quelconque nourriture. Le temps passe… Un beau jour, on ne sait pourquoi notre malade boit le jus d’orange placé comme d’habitude sur sa commode, recommence à se nourrir enfin sort de l’hôpital et de sa dépression. Pas à pas, nous suivons les médecins et les chercheurs dans leur quête. Va-t- on guérir un jour les maladies inflammatoires par le biais du jeûne ? Y a-t-il des guérisons? Si oui alors quels sont les mécanismes en jeu ? Est-il judicieux d’associer le jeûne à la chimiothérapie ? Si oui, alors quelle est cette force capable de réorganiser notre ADN ? Les réponses sont dans ce documentaire captivant.”​

J'ai grandi avec une mère malade psychique...

« Je n’aimais pas sa maladie. Mais que pouvait-elle contre ce mal ? Alors oui, j’ai souffert. Mais Maman Jeanne [sa mère biologique] m’a donné l’amour inconditionnel d’une mère pour son petit bébé. Pour survivre, il a fallu que je m’éloigne d’elle. Que je trouve ma propre route. Même si l’on n’a pas les bonnes cartes en main, tout est possible. On peut s’en sortir». (Interview sur Pelerin.com)

Frédérique Bedosauteur de La petite fille sur la balançoire (éd. Les Arènes, 2014), a été accueillie dans une famille adoptive, entourée de frères et sœurs également adoptés, certains ayant un handicap. Présentatrice de télévision, elle a fondé en 2010 le projet Imagine, qui met en valeur les héros du quotidien. Elle a également réalisé le film « Jean Vanier, le sacrement de la tendresse » (Sorti en salle 9 janvier 2019).

 

Être victime de schizophrénie, c'est être prisonnier d'une autre réalité. Se soigner, c'est se libérer.

« La schizophrénie touche en France 600 000 personnes auxquelles il faut ajouter les proches et les familles. Ce sont plus de 1,5 million de personnes qui doivent faire face à la maladie mais aussi au regard méfiant, négatif de la société qui véhicule une image caricaturale et violente des personnes vivant avec cette pathologie qui pourtant se diagnostique et se soigne. Nous souhaitons aujourd’hui lancer un challenge d’envergure : changer ce regard pour déstigmatiser la maladie et pour mieux inclure celles et ceux qui sont concernés. »   Pr. Raphaël Gaillard, président de la Fondation Pierre Deniker.

Le 23 mars 2018 avait lieu une conférence organisée par l'UNAFAM

Certains d’entre vous n’ont pu s’y rendre, et fort heureusement, l’un des membres de notre association, qui s’y trouvait, a pu nous en relater les temps forts.

Vous trouverez ce compte-rendu via votre espace personnel, à la rubrique Blog.

Bonne lecture !