Accueil

SOIRÉE EXCEPTIONNELLE

Humensis vous invite à rencontrer
Jean Tirole, Michel Serres, Denis Peschanski
réunis pour une conférence prestigieuse suivie d’un débat
« Le bien commun, entre passé et avenir »
animée par Cécile Lestienne

Le 28 novembre à 19 heures à la Mutualité,
22 rue Saint Victor, 75005 Paris

LIRE LA SUITE


 

HOMMAGE A ANNE FRAISSE

 

Nous venons d’apprendre la bien triste nouvelle de la disparition de notre consœur.
Nous avons pour la plupart d’entre nous eu la chance de recevoir son enseignement au sein de l’École Française d’Analyse Psycho-Organique, parfois même pu cheminer un certain temps auprès d’elle avec son groupe continu juste après la fin de sa coanimation avec Pierre Vermersch, ou encore participé à des groupes d’été mémorables à Chapeau-Cornu, et enfin pour certains jusqu’à devenir son collègue à l’Efapo et au sein de l’Aapo.
Anne a en effet été pendant de longues années une cheville ouvrière de l’association avant qu’elle souffre de la rupture entre l’Efapo et l’Aapo sans pouvoir l’empêcher, ni sans doute la volonté.
Elle a notamment fait partie des réunions avec la commission bien nommée, « relation avec les écoles » menée par Angelo Savasta ; quels beaux souvenirs aussi que les réunions rédactionnelles d’Adire qui se déroulaient chez elle à Meudon, notre revue Adire dont elle a été rédactrice en chef avant de passer le flambeau à Danièle Dreux-Boucard.
Nous perdons avec son décès une figure importante de notre mouvement, co-fondatrice de l’école qui nous a formé à ce drôle de métier de l’écoute du silence et des mots qui parfois l’honorent ou la subvertissent.

Les mots qui viennent en pensant à Anne parlent de gratitude.
Ils évoquent sa qualité de présence unique, si dense et si légère à la fois, sa profondeur, son amour du mystère tout autant que sa capacité de structurer sa pensée pour nous l’offrir en guide.
Ils disent aussi son expérience des approches psycho-corporelles, sa compréhension de la perspective jungienne, son ouverture aux conceptions issues d’autres lieux et d’autres temps, sa participation à la conceptualisation de l’Analyse Psycho-Organique, la foi et la passion qui l’animaient.
Anne était une femme parmi les femmes, porteuse d’un feu qui réchauffait celles d’entre nous venues vers elle avec nos souffrances et nos failles. En sa présence, des notions comme l’amour inconditionnel et le soutien indéfectible prenaient sens. Elle savait trancher aussi, exprimer une juste exigence, soutenir nos processus de guérison et de croissance.
Anne était aussi une femme parmi les hommes : inspirante, confiante et stimulante. D’autres mots viennent, qui parlent de joie et de lumière, des liens qui nous unissent, par delà la douleur et la perte.
Nos pensées les plus chaleureuses vont vers ses proches, sa famille, ses amis, en ce moment de passage.

Ce texte est rédigé en s’inspirant du message dYveline Donato et de certains d’entre vous, désireux de partager leur peine et leur tristesse..

INVITATION : le 1er décembre à 18h30 à la Faculté de Théologie Protestante, 83 Boulevard Arago, 75014 à Paris, pour commémorer et honorer entre collègues, parents et amis d’Anne nos souvenirs, ce qu’elle nous a donné, transmis, et partager notre grand chagrin de la perte de celle qui est partie paisiblement, dans la lumière des rêves qu’elle aimait.
Un film réalisé à partir d’une interview d’Anne au début du mois de septembre dernier sera probablement projeté lors de cette commémoration. Dans cette interview, Anne évoque sa vocation et sa vie de psychothérapeute.

 

Quelques témoignages :

A Anne Fraisse

J’ai appris la mort d’Anne , en Crète, au milieu des oliviers. Choc et émotions bien que je la sache très malade. Tout d’abord la perte d’une amie passionnée par la vie, qui adorait les voyages dans la réalité et dans ses rêves diurnes et nocturnes.
Puis me sont revenus les images de moments importants : la mise en place de groupes de thérapie à Beauvais et Paris avec Yves Brault et Gérard Lebrun, la création du Centre d’Analyse Psycho-Organique de Paris avec le groupe de formation de Paris I, puis l’Association d’Analyse Psycho-Organique (AAPO) avec Paris I et Paris II. Anne toujours là avec sa force de conviction, son enthousiasme et son pragmatisme.
Puis la grande aventure EFAPO bien sûr avec Paul et Joëlle Boyesen, Yves Brault, Jean-Pierre Magnant. Les souvenirs se pressent, il y en a tant, moments difficiles ou joyeux. Parmi eux : avec Anne et d’autres formateurs nous regardions un grand match de foot lors de la coupe du monde. Anne fermait les yeux lorsque la France était dans une situation délicate, puis exultait, laissant l’enfant en elle s’exprimer, lorsque le but était marqué.
Je garde d’Anne sa générosité, sa force, sa créativité.

Jacqueline Besson

Anne a été pendant de longues années une cheville ouvrière de notre association. Elle a notamment fait partie des réunions avec la Commission bien nommée, « relation avec les écoles », à l’époque menée par Angelo Salvata ; je me souviens aussi que les réunions rédactionnelles d’Adire se déroulaient chez elle à Meudon, Adire dont elle a été rédactrice en chef avant de passer le flambeau à Daniele Dreux-Boucard.
Me vient aussi le souvenir de ma participation à son groupe continu, juste après la fin de sa coanimation avec Pierre Vermersch, des groupes d’été mémorables à Chapeau-Cornu, jusqu’à devenir son collègue à l’Efapo et au sein de l’Aapo.
Nous perdons avec son décès une figure importante de notre mouvement, elle qui a été co-fondatrice de l’école qui nous a formé à ce drôle de métier de l’écoute du silence et des mots qui parfois l’honorent ou le subvertissent.

Paola Malvarosa

Anne est partie trop tôt… Elle est partie sereinement. J’étais à ses obsèques avec d’autres collègues apo… Il n’y avait pas de clivage mais une invitation à la communion et à la paix lors de cette magnifique cérémonie d’adieux. J’ai entendu parler, non pas effectivement qu’Anne fut co-fondatrice de l’EFAPO,… mais de bienveillance, de créativité, de solidarité, de femme lumineuse aimante et aimée, d’amour, …
Peu importe qui était là ou pas, quel clan… Anne a laissé une merveilleuse empreinte dans le corps, la psyché, le cœur de chacun d’entre nous et c’est l’essentiel. Oui je suis sûre, pour avoir été en contact récemment avec elle autour d’un guérisseur, que son « essentiel » était l’humilité, la simplicité, la foi et l’amour !
Merci Anne pour toutes toutes tes transmissions, ta puissance, ta compassion, ton enseignement, fontaine de lumière…

Catherine Maggioli

Comme nous tous je suis touchée par sa longue maladie, son courage et sa paix, et je suis heureuse que notre association lui exprime notre reconnaissance pour son enseignement et la distance qu’elle avait par rapport au pouvoir !
C’était une femme de transmission, et elle n’exerçait pas de pression.
Anne nous apportait une ouverture extraordinaire sur d’autres approches, sur la force de la communion pour nous transformer.

France Radenac

Je suis très attristée d’apprendre le décès d’Anne Fraisse qui a été pour moi d’abord et avant tout une formatrice exceptionnelle habitée par le respect de l’autre et une ouverture d’esprit constante, et savait offrir un soutien inconditionnel.

Sonia Mangasaryan

 


L’association AAPO

L’association d’analyse psycho-organique, «AAPO, Régions Francophones» est une association professionnelle, régie par la loi 1901, destinée à regrouper des professionnels, qu’ils soient psychothérapeutes ou psychopraticiens.
Elle adhère à la FF2P (Fédération Française de Psychanalyse et de Psychothérapie) dont elle est un des membres fondateurs.
Tous les membres de l’association se sont engagés à suivre les critères éthiques définis par elle et énumérés ci-contre.
Ils ont tous suivi une formation de base d’une durée minimale de trois ans et demi en analyse psycho-organique, auprès de l’École Française d’Analyse Psycho-Organique, EFAPO ; cette formation est finalisée depuis 2005 par une année supplémentaire amenant à la soutenance d’un mémoire professionnel devant un jury pluridisciplinaire inter-écoles.

L’AAPO travaille à promouvoir la pratique de l’analyse psycho-organique, veille à sa qualité, au respect de son cadre éthique et à la perdurance de ses spécificités.

La commission de reconnaissance par les pairs (CA2P) statue sur les demandes de titularisation et attribue le titre de superviseur en analyse psycho-organique.
Elle délivre ces deux titres aux candidats qui ont une expérience professionnelle importante et témoignent d’une bonne compréhension de la méthode.
L’association publie une newsLetter via son site internet et édite la revue ADIRE. Celle-ci témoigne de la recherche clinique en analyse psycho-organique.
Elle organise régulièrement des colloques et des forums sur des thèmes relatifs à la pratique de la psychothérapie ; ainsi que des Journées d’Etudes Cliniques permettant à ses membres de bénéficier à la fois du développement de l’analyse psychoorganique et de se confronter à d’autres approches thérapeutiques pour élargir leur champ de vision et asseoir leurs bases de références.